Peinture

« La vague »

Pour la quatrième partie de ma série « Hommage », j’ai choisi de peindre « La vague ».

Dans cette œuvre de Camille Claudel, des antinomies se confondent :
force-fragilité, vie-mort :

La Force

Par la dureté de l’onyx choisi comme matériau pour représenter la puissance de la vague; par la vigueur des trois corps jeunes…

La Fragilité

Par l’innocence de ces trois femmes sensuelles et insouciantes, que la force de la vague va anéantir ou blesser…

La Vie

Parce qu’il y en a beaucoup dans cette sculpture, les jeunes femmes s’amusent, libres et oublieuses…

La Mort

Parce que cette œuvre nous rappelle l’éphémère d’une vie.

Pour ces créations, ma palette de couleur reprend certains pigments, auxquels j’ai ajouté des nuances de vert-or afin de souligner l’onyx.

Dans « La vague » de Camille Claudel il est question du temps : l’instant qui peut se renouveler ou se rompre.

Je trouve cette œuvre remarquable et émouvante.