Je ne saurais pas dire pourquoi je peins, mais il est certain que peindre m’est devenu essentiel.

Je travaille par série et chacune me demande un temps de recherche et d’imprégnation. Cette période est nécessaire pour approfondir mes techniques, déterminer ma palette de couleurs, lire des documents sur mon sujet et le contempler.

Quand je peins je m’obstine à ne pas exister, je me fonds dans mon sujet.

Ma peinture ne figure pas mes tourments, cela exige un effacement de soi…

J’aimerais offrir au regardant un moment d’apaisement.

Dernièrement

  • Retour en atelier …

    ... et poursuite de ma série « Hommage » Après avoir peint les sculptures « La Niobide blessée » et « Sakountala », je travaille sur une nouvelle œuvre de Camille Claudel : « La vague »...

Au hasard de la galerie photos